avantaprs

A propos de l'auteur

  • Philémot

    Philippe Chieux, alias "Philémot", est passionné depuis l’enfance par les jeux de lettres et de logique. Depuis 5 ans, il s’est lancé dans l’expérience "Magnerama" qui vise à faire produire automatiquement par un ordinateur des jeux et des grilles à imprimer suffisamment jouables pour intéresser les internautes.
Accueil du site || Casse-tête || Cryptogrammes || Stéganographie et masque jetable (la théorie)
Si vous avez jamais rêvé d’une méthode simple et parfaitement sûre pour transporter vos messages les plus secrets, alors cet article est pour vous.

La stéganographie

Selon wikipédia :

Si la cryptographie est l’art du secret, la stéganographie est l’art de la dissimulation : l’objet de la stéganographie est de faire passer inaperçu un message dans un autre message et non de rendre un message inintelligible à autre que qui-de-droit. Pour prendre une métaphore, la stéganographie consisterait à enterrer son argent dans son jardin là où la cryptographie consisterait à l’enfermer dans un coffre-fort — cela dit, rien n’empêche de combiner les deux techniques, de même qu’on peut enterrer un coffre dans son jardin. C’est un mot issu du grec Stéganô, signifiant Je couvre et Graphô, signifiant J’écris. On retrouve une idée de dissimulation dans le nom de la technique.

Cette technique (comme son nom) remonte aux grecs anciens. Une anecdote célèbre explique que, pour passer un message secret, Histiée fit raser la tête d’un de ses esclaves, puis tatouer le message et enfin attendit que les cheveux repoussent pour envoyer cet esclave jusqu’au destinataire. Celui-ci n’eut plus qu’à raser de nouveau l’esclave pour que le message apparaisse.

Le masque jetable

Le masque jetable est une méthode encryptage inventée par Gilbert Verman en 1917. Ses principales caractéristiques sont :
- La clé doit être une suite de caractères au moins aussi longue que le message à chiffrer.
- Les caractères composant la clé doivent être choisis de façon totalement aléatoire.
- Chaque clé, ou « masque », ne doit être utilisée qu’une seule fois (d’où le nom de masque jetable). Nous allons donc combiner ces deux méthodes pour transmettre des messages totalement (et théoriquement) impossibles à décrypter à qui ne possède pas la clé.

Comment procéder :

Des milliards de photo circulent tous les jours sur internet. Ces photos ont des caractéristiques intéressantes d’un point de vue cryptographique :
- Leur taille est très importante (des millions de caractères), ce qui les rends bien plus grandes que le message à crypter.
- Leur agencement est purement aléatoire, pour peu que la scène soit un minimum naturelle.
- Les capacités de stockage (appareil photo, clé USB, internet) sont telles que l’expéditeur et le destinataire peuvent en posséder suffisamment pour que chacune soit unique. De plus, la reconnaissance de la clé utilisée est évidente d’un point de vue visuel. D’un point de vue de la stéganographie, le fait que des milliards circulent tous les jours permettent à la fois la légitimité et l’anonymat.

La plupart des images circulant sur internet sont codées sur 16 millions de couleurs, chacune définie par 256 niveaux de rouge, vert et bleu. L’oeil humain ne voit pas toutes ces nuances de couleurs. Il n’est capable que de distinguer qu’une centaine de nuances, et encore seulement si elles sont présentées en deux bandes bien distinctes. Mélangée telles qu’elles peuvent l’être dans la nature, le niveau de distinction baisse. C’est sur ce constat que sont basés les algorithmes de compression d’image dits destructifs. Ils enlèvent des nuances que l’oeil ne voit pas, rendant ainsi les images plus compressibles.

C’est ce phénomène que nous allons utiliser pour cacher notre message. Encoder un texte sur juste un niveau de nuances, donc pratiquement invisible. Nous utiliserons ensuite l’image originale pour retrouver le message par différence.

Le mode d’emploi exact sera expliqué dans l’article suivant.

Pour finir, comme il s’agit d’un magazine de jeu, vous aurez à retrouver sur internet les images originales permettant de décoder les images qui vous seront proposées.

Répondre à cet article

Enregistrer au format PDF impression envoyer l'article par mail title= envoyer par mail 0 réaction
(0 - 0 vote)